Le PQ pourra-t-il mordre cet automne?

La session parlementaire de la scène politique provinciale se termine, avec une crise au Parti Québécois, une gestion hasardeuse des inondations en Montérégie, un amphithéâtre pas encore construit qui ouvrira la prochaine session et un Amir Khadir présent sur tous les dossiers!  Et après ça on me dira que la poilitique c’est ennuyeux!

La crise au PQ

4 ténors du Parti québécois viennent de quitter le caucus péquiste, Louise Beaudoin, Pierre Curzi, Lisette Lapointe et Jean-Martin Aussant.  Qu’à cela ne tienne, au PQ on ouvre la porte à leur retour et on clause la session avec le sourire…  Quelques dents en moins mais c’est plus mignon paraîtrait…

Louise Beaudoin, une députée des premières heures du PQ, Pierre Curzi, responsable des dossiers entourant la langue et la culture, ancien président de l’UDA, Lisette Lapointe, militante des premières heures et fervente indépendantiste, trop même selon certains et finalement, Jean-Martin Aussant, le A de la souveraineté et un des députés avec le plus bel avenir dans la politique québécoise.

Leur défection affaiblit certes le PQ, mais enrichit grandement la cause souverainiste!  Je m’explique.  Ces députés vedettes du PQ ont, par leurs départs, démontrés que la ligne de parti et la politicaillerie électionniste n’était pas pour eux, qui va les blâmer?  Il y a dans ce geste, une conviction de souveraineté qui dépasse les frontières de notre nation, et c’est tant mieux!  Au Parti libéral, on montre aux députés, dès le plus jeune âge comment voter si l’on veut avancer dans l’échiquier du Roi…

Plus que les enjeux à court termes, ce sont les symboles qui découlent de ce geste que je voudrais mettre de l’avant.  On dira que je prêche pour ma paroisse, tant souverainiste que communicationnelle, mais tout de même, allons au bout de tout ça…

Ce qui ressort, comme symbole de ce geste, c’est la proximité avec les gens, prendre le temps d’être à l’écoute d’un dossier et surtout, être libre de nos actions, au dépend, ultimement, de notre affiliation à un parti quelconque, et ce n’est pas banal!  Il s’agit là d’un geste d’une souveraineté remarquable.  Qui, agrémenté d’une campagne de communication sociale pourrait éventuellement permettre au mouvement souverainiste de s’activer, et qui sait, de réussir…  Évidemment, tout ça doit se faire aux fruits d’un travail acharné de relations publiques et de politique de haute qualité, ce qui, par les temps qui courrent n’est pas la panacée de nos gouvernants.  Peut-être un jour cesserons nous de bêler et nous déciderons à mordre un  peu plus…  Qui sait?

Les eaux troubles de la Montérégie

Ils auront passé quelques 50 jours sous l’eau au retrait des eaux, des milliers de maisons auront subies des dégâts, certaines devront être démolies et surtout, la paix ne sera revenu que cet automne, croisons leur les doigts.

Mais plutôt que d’agir, avec efficacité et rapidité, nos politiciens ont encore une fois tenté de se faire du capital politique sur ces événements…  M.  Charest a presque élu domicile sur une barge à St-Jean-Sur-Richelieu, le ministre de la sécurité publique, M. Dutil a tenté quelques actions, mais rien de bien convaincant, même l’armée s’est foutue de lui pour le nettoyage!  Et le ministre des affaires municipales…  Qui?  C’est ça…

Mais personne à l’Assemblée Nationale n’a jugé bon de sortir du Salon Bleu,  ou Rouge, c’est selon, pour se retrousser les manches et mettre sur pied des campagnes d’aide massive, personne, niet, nada.  Quand on vous dit que la politique s’occupe de nous, ils ne parlent pas de ça…

Pas même un seul des entrepreneurs en construction, nombreux au financement libéral n’a jugé intéressant, ne cesserait-ce que pour la bonne presse, d’aider publiquement les sinistrés.  Ce sont des actions citoyennes, SOS Richelieu, appuyé par la Croix Rouge qui nettoieront les dégâts et aideront les gens à retourner chez eux…  Mais quand viendra le temps des inspections et des évaluations, vous verrez là, se presser aux berges de la rivière, les représentants gouvernementaux et leurs mécènes contracteurs!

L’Amphithéâtre…

Malgré ce que pensent certains, le débat ne se situe pas là...

 

Ah pis d’la marde!  J’en ferai un billet à lui tout seul.  Napoléon mérite son Waterloo…

Amir!

Khadir de plus!  Il aura au moins représenté l’opposition gouvernementale par excellence, celle qui demande des comptes et qui surveille, tel une gargouille, les allées et venues des membres pharaoniques de la Fontaine de Tourny/Simmons…
Bref, plusieurs dossiers en fin de parcours, beaucoup de poudre aux yeux pour piquer Mongrain, peu de résultats et beaucoup de déception dans la population, encore…

Mais pas assez pour que nous bougieons, de toute façon, c’est les vacances pour tout le monde pas vrai?