JOU-1001

Le placement média et les stratégies rédactionnelles

On ne peut jamais prétendre que l’on a pas été compris. On ne peut dire que l’on s’est mal exprimé!

Le placement média

  • C’est une stratégie pour cibler un public
  • C’est un plan d’action qui répond des objectifs stratégiques et opérationnels
  • C’est un ensemble de moyens pour diversifier l’étalage du message

Stratégies rédactionnelles

  • Chaque média commande des stratégies rédactionnelles différentes
  • Contrôler la récurrence et la cohérence du messag
  • Savoir amalgamer le discours verbal, écrit et visuel.
  • Quelques données
  1. BCP: 1600 expositions par jour
  2. Temps de consommation d’une publicité écrite: en moyenne 7 secondes
  3. La stratégie croisée est toujours plus efficaces
  4. Rien n’est plus efficace que la relation interpersonnelle!

Le choix du média

RADIO

  1. – Média souple
  2. – Clientèles segmentées
  3. – Clientèles relativement infidèles
  4. – Force de frappe: récurrence
  5. – Animation en appui
  6. – Force de relations publiques (concours, etc.)
  • Stratégies rédactionnelles
  1. Phrases courtes (attention aux superlatifs!)
  2. Un seul message
  3. Utiliser un langage qui réfère aux sens
  4. Pas d’images en appui
  5. Choix musical cohérent
  6. Ne pas se perdre dans les détails
  7. Laissez respirer le lecteur!
  • Les prix du placement
  1. Production du message: entre $150 et $300.
  2. Format: 15 secondes et 30 secondes.
  3. Prix de diffusion: selon la répétition et la répartition (entre $15 et $30 de l’unité).

TÉLÉVISION

  1. – Média lourd
  2. – Dispendieux
  3. – Le plus efficace pour convaincre (attitude et comportement)
  4. – Doit être le relais d’un autre moyen
  5. – Conter le zapping!
  • Stratégies rédactionnelles
  1. Phrases courtes
  2. Langage emphatique
  3. Image en appui de la narration (et non une répétition)
  4. Convoquer les valeurs
  5. Ne pas confondre information et communication
  6. Évitez le visage du proprio! Haha!
  • Les prix du placement
  1. Production: entre $1500 et $2500.
  2. Format: 15 et 30 secondes
  3. Prix de diffusion: entre $30 et $50 l’unité

PRESSE ÉCRITE

  1. – Média lourd (toujours une journée en retard)
  2. – Coûteux (moins que la télé)
  3. – Contrôle de la distribution (plus fixe au niveau des chiffres de vente)
  4. – Clientèles généralistes
  5. – Excellent pour l’information (assez peu efficace quant aux attitudes et aux comportements)
  • Stratégies rédactionnelles
  1. Rédaction précise
  2. Attention à l’orthographe
  3. Pas de roman
  4. Évitez les détails
  5. Attention à la pizza!
  6. Phrases courtes et puissantes
  7. Usez des figures de rhétoriques!
  • Les prix du placement
  1. Production: selon le graphiste.
  2. Format: de 1/8 à 1 page
  3. Prix de diffusion: différent selon les formats (généralement entre $250 à $1250)

AFFICHAGE ET TRACTS

  1. – Médias très versatiles
  2. – Peu coûteux
  3. – Efficaces en support à d’autres moyens
  4. – Durée de vie de moins de 4 heures!
  5. – Excellent pour l’information (ne modifie les attitudes et les comportements que lorsqu’en appui!)
  • Stratégies rédactionnelles
  1. Phrases d’impacts
  2. Support visuel approprié
  3. Attention à la pizza
  4. Informations nominatives (prix, lieu, heure, etc.)
  5. Évitez que les commanditaires prennent tout l’espace!
  • Les prix du placement
  1. Production: selon le graphiste.
  2. Format: tous les formats disponibles
  3. Prix de diffusion: selon la quantité
  4. affiches: environ $0,50 l’unité
  5. tracts: environ $30,00 pour 1000.

• L’INTERNET

  1. – Média peu documenté sur son efficacité
  2. – Efficace selon le portail!
  3. – Clientèle branchée et spécifique
  4. – Excellent support d’information
  5. – Environ 25% d’internautes au Québec
  • Stratégies rédactionnelles
  1. Courts textes
  2. Langue soignée
  3. Ne pas abuser des hyperliens
  4. Utilisez le multimédia (son, texte, images), sinon faites un tract!
  5. Attention au poids! Tout le monde ne dispose pas d’un G4!
  • Les prix du placement
  1. Production: selon le graphiste ou le concepteur.
  2. Format: tous les formats disponibles
  3. Prix de diffusion: de $0 à $4 millions!

LES AUTRES MOYENS

  • Marketing direct
  • Focus group
  • Publi-reportages
  • Publi-sacs

CONCLUSION

  • Une stratégie devrait être croisée
  • Conjuguer relations de presse et relations publiques
  • Conjuguer publicité et promotion
  • Ne pas répondre aux besoins du vendeur, mais aux vôtres!

La présentation et l’argumentation

• Un exposé est rarement plus efficace que sa préparation!

Se présenter

  • Mot de bienvenue (positionner et camper notre rôle)
  • Présenter les membres (établir un contact, et connaître qui est dans la salle)
  • Rappeler le mandat (Rappeler au gens pourquoi ils sont là)
  • Ne pas confondre consultant et enseignant! (ils en savent plus que vous)
  • Pas de familiarités!

Parler en public

  • Respirer!
  • N’utilisez que les concepts que vous pouvez définir
  • Regards d’adresse (panoramique des gens à qui tu parles)
  • Pas de feuilles! (connaître le contenu et s’occuper que les autres comprenne)
  • Définir le langage spécialisé Langage commun
  • Pas de complaisance!

L’usage de la technologie

  • Un support, pas une béquille!
  • Attention aux fautes!
  • Un repère, pas un roman!
  • Ne parlez pas à l’écran
  • Ne parlez pas dans le noir!
  • Manipulez avec soins!
  • Vous êtes le centre d’attention

La communication non-verbale

  • Souriez, on vous regarde!
  • Les nerfs!
  • Le plancher n’est pas votre auditoire!
  • Bras croisés et mains dans les poches!
  • De l’émotion, mais pas de théâtre!

La planification

  • Prêts pas prêts!
  • Se préparer à ne pas être prêts
  • Tempus fugit! Le temps fuit
  • Ne jamais s’excuser!
  • Je ne dis pas ce que j’ignore!
  • On ne peut tout contrôler

Qu’est-ce qu’un argument?

  • C’est une proposition destinée à en faire accepter une autre (Olivier Reboul, 1991)
  • Les 5 traits de l’argumentation
  1. Destinée à un auditoire spécialisé ou non
  2. S’exprime dans un langage que l’auditoire peut saisir
  3. Ses prémisses sont vraisemblables (arguments crédibles)
  4. Elle se construit sur une progression
  5. Ses conclusions sont toujours contestables

Préparer une présentation (Francine Girard)

  • Apprendre à communiquer en public
  1. Les principes
  2. Connaître son auditoire
  3. Connaître le contexte organisationnel
  4. Établir ses objectifs (informer, convaincre, etc.)
  5. Choisir les bons moyens (exposé, panel, conférence)
  6. Choisir les supports (besoin de technologies?)
  • Mettre en ordre ses idées
  • Trois modèles
  1. Le modèle linéaire
  2. Le modèle par catégories
  3. Le modèle logique
  • Le modèle linéaire
  • Procédé le plus simple. Il s’agit de suivre les faits de façon rectiligne
  • Il peut être chronologique ou temporel (quand)
  • Il peut être spatial (où)
  • (par exemple expliquer un itinéraire (Arrivée à UQTR, Départ de TR vers Montréal, Départ du terminus vers le Parc Lafontaine, etc.
  • Fait appel à la capacité d’écoute de l’auditoire. Démarche d’information
  • Le modèle par catégories
  • Il s’agit de traiter le sujet en posant de quoi il s’agit.
  • Par exemple, le cas de la peine d’amour
  • Chez les enfants (garçons, filles)
  • Chez les adolescents (garçons, filles)
  • Chez les adultes (hommes, femmes)
  • Chez les aînés (hommes, femmes)
  • Fait appel aux connaissances de l’auditoire
  • Le modèle logique
  • Permet d’organiser la présentation autour du pourquoi et du comment.
  • Permet d’exposer des sujets complexes qui répondent d’un modèle de cause à effet.
  • Quel est l’impact des voitures sur la pollution de l’air?
  • Fait appel à la capacité de raisonnement de l’auditoire.

Les types d’arguments

  • Le sophisme
  • L’argument par analogie
  • L’argument d’autorité
  • L’argument par l’exemple ou l’analogie
  • L’argument populaire
  • L’argument moral
  • Le sophisme
  1. Un raisonnement qui n’est valide qu’en apparence et emporte l’adhésion en faisant croire à sa logique.
  2. Deux prémisses vraies mènent à une conclusion fausse.
  • L’argument par analogie
  1. Il repose sur une comparaison incongrue entre deux éléments pour donner une charge plus forte à l’effet sur l’auditoire.
  • L’argument d’autorité
  1. L’argument repose sur la crédibilité d’une personne, d’une organisation, etc., citée en référence.
  • L’argument par l’exemple
  1. Il repose sur un exemple particulier (n=1) pour généraliser la situation décrite.
  2. L’exemple se substitue à la démonstration.
  • L’argument populaire
  1. Il est puisé à même la culture populaire: stéréotypes, préjugés, etc.
  2. Il réfère habituellement à des proverbes ou formules toutes faites.
  • L’argument moral
  1. Il repose sur un jugement moral que l’adversaire ne peut réfuter.
  2. On l’utilise habituellement pour sceller l’issue du débat.

La préparation de l’argumentation

  • Inventaire des arguments en faveur et en défaveur
  • Justifier chacun d’eux en fonction du problème à traiter
  • Prioriser et hiérarchiser les arguments
  • Savoir user de stratégies pour capter l’attention de l’auditoire