PCO-1004

TECHNOLOGIES HYPERMÉDIA

La communication médiatisée par ordinateur (CMO)

Qu’est-ce que la communication médiatisée par ordinateur?

  • Un processus de communication humaine au moyen de, et à travers des ordinateurs
  • L’ordinateur « en tant que machine à communiquer » (Licklider et Taylor, 1968)
  • L’ordinateur comme média et intermédiaire entre les personnes, mais aussi assistant, partenaire et acteur de la communication!

La CMO peut prendre diverses formes

  • Synchrone ou asynchrone
  • Textuelle, graphique, audio, vidéo…
  • Communication interpersonnelle
  • Communication de masse
  • Communication de groupe ou « multipolaire »
  • Hybride entre plusieurs modes de communication

CMO et temporalité

  • La CMO synchrone suppose la présence simultanée des participants derrière leur écran (communication « en direct ».
  • La CMO asynchrone ne requiert pas de réponse immédiate (communication « en différé »)

Les caractéristiques des outils de CMO dépendent de leurs usages sociaux

Aspects psychosociaux de la CMO

Quelques problèmes de la CMO par rapport à la communication en face à face

  • Absence de rétroaction immédiate (è difficulté de coordination et prise de décision…)
  • Absence de langage non verbal
  • Peu d’indices de statut (pour les rapports hiérarchiques)
  • Caractère impersonnel de la communication
  • Stress causé par la rapidité de transmission et la quantité des informations (surcharge informationnelle)

Critique de la CMO :

  • Une forme dégradée de communication?
  • Théories de la réduction des signes sociaux :
  • Comparaison des médias au face à face selon deux variables :
  1. Largeur de bande du média (cf. capacité de transmission d’informations d’un canal de communication) (Rintel et Pittam, 1997)
  2. Richesse du média (media richness) (= nombre de canaux sensoriels et efficacité à transmettre les ambiguïtés (Watt, Lea et Spears, 2002))
  • Exemple de stratégie compensatoire pour pallier l’absence de langage non verbal : les émoticones (smileys)

Le face à face relativisé : Des possibilités de communication inédites?

  • Une communication « hyperpersonnelle » :
  1. Des conversations synchrones parallèles (Herring, 1999)
  2. Développement d’une plus grande intimité (Walther, 1996) (mais avec le risque d’une survalorisation de soi et de l’autre)
  • Une communication « omnipersonnelle » ?
  1. Évolution du Web vers un dispositif de communication interpersonnelle de masse, de « tous » vers « tous » ? (Cf. Web participatif)

Une approche goffmanienne de la CMO

  • Métaphore du théâtre :
  1. Le rôle : chaque participant dans une situation de communication joue un rôle, défend un personnage.
  2. La scène (la fenêtre publique), les coulisses (les messages « privés » et ce qui se passe« derrière l’écran »)…
  3. La présentation de soi : la notion de face (en CMO :l’avatar, le pseudo, le profil)

Les usages des TIC dans les sphères professionnelle et communautaire

TIC et sphère professionnelle

Quelques TIC destinées aux organisations :

  • Intranet
  1. Réseau informatique privé, à l’intérieur d’une organisation, qui utilise les protocoles de communication et les technologies du réseau Internet.
  2. Zone d’un site Web dont l’accès est restreint aux membres de l’organisation ou à ses partenaires externes (on dit aussi extranet ).
  • Progiciel
  1. Logiciel d’application paramétrable, destiné à la réalisation de diverses tâches professionnelles. (Sur mesure, plus chères. Word progiciel, car on peut le personnalisé)
  2. Ex : Word, SPSS, SAP…
  • Collecticiel
  1. Logiciel permettant à des personnes reliées par un réseau informatique de travailler en collaboration sur un même projet. (Messenger)
  2. Ex : Microsoft Exchange, Lotus Notes…
  • Progiciel de gestion intégré (PGI/ERP)
  1. Permet de gérer de façon intégrée l’ensemble des fonctions d’une entreprise :
  2. Ressources humaines
  3. Comptabilité et finances
  4. Vente, distribution, approvisionnement..
  5. Ex : SAP, Oracle, Peoplesoft…
  • Système de gestion des connaissances
  1. (Knowledge Management)
  2. Création interactive et collaborative de « bases de connaissances », « voûtes documentaires », etc.

La diffusion des TIC dans les organisations

Selon Benghozi, Flichy et Iribarne (2000) :

  • Façonnement mutuel de l’organisation et de la technologie (co-construction)
  • Cas des progiciels de gestion
  • NB : un progiciel ou un collecticiel est toujours porteur d’un paradigme organisationnel

Deux logiques d’implantation

  • a. « De haut en bas » (top-down)
  1. Logique de diffusion (innovations)
  2. Ou normalisation et uniformisation des pratiques existantes
  • b. « De bas en haut » (bottom-up)
  1. Logique d’appropriation suivie ou non d’une « récupération » par la direction puis diffusion

Usages et impacts des TIC en entreprise

  • Fonction de mémorisation ex. forum,
  • Tension entre organigramme et sociogramme-> (réseaux informel qui existe ds l’entreprise)
  • Autonomie vs contrôle des employés
  • Brouillage des frontières
  • Surcharge informationnelle
  • Stress lié à la gestion du temps
  • Rationalisation des échanges

Du bon usage du courriel au travail…

  • Tenir compte du contexte de réception du message
  • Expliciter l’implicite (ex: éviter le 2e degré)
  • Attention aux « gaffes » (impossible de faire CTRL-Z !)
  1. Ex : diffusion d’un message personnel sur une liste
  • Éviter la familiarité et les envois de blagues à tous
  • Attention! Le courriel rend visible l’invisible :
  1. La copie conforme invisible permet de prendre à témoin
  2. L’archivage permet la constitution de dossiers sur quelqu’un

Le courriel n’est jamais un bon moyen pour résoudre un conflit !

  • Levée des inhibitions du fait de la diminution des indices de statut
  • Média ambigu : difficile de distinguer les différents degrés du message (sarcasme, etc.)
  • Violence verbale favorisée par la distance
  • Risque d’escalade symétrique (cf. Bateson)

TIC et sphère communautaire

  • Rappel : appropriation collective des TIC :

« Mise en oeuvre (utilisation, conception et/ou développement) de l’outil technologique par un groupe ou une catégorie sociale contribuant au renforcement de son pouvoir vis-à-vis des autres composantes de la société » (Proulx, 1988)

  • “empowerment” (émancipation sociale)
  • développement du lien social
  • mobilisation politique
  • réduction de la “fracture numérique”

La « fracture numérique » (digital divide)

Inégalités dans l’accès aux technologies numériques et dans leur appropriation, au sein d’une même population ou entre des populations différentes.

  • Plusieurs « fractures » :
  1. la fracture Nord-Sud entre les pays
  2. une fracture horizontale au sein d’une même génération à variables socio-économiques.
  3. une fracture verticale entre les générations
  • La fracture numérique au Québec
  1. Le pourcentage d’internautes progresse : 60% en 2003, 66% en 2006 et 71,5% en 2007*
  2. Mais écarts persistants entre :
  • milieu urbain / régions éloignées
  • revenus élevés / faibles revenus
  • personnes très / peu scolarisées

Les réseaux citoyens (community networks)

Initiatives de réseautage communautaire (community networking) au profit du développement de la démocratie locale (Schuler, 1996) :

  • Les points locaux d’accès communautaire (menacés)
  • L’appropriation citoyenne du sans-fil (wi-fi)
  • Des sytèmes gratuits de publication Web (CMS systeme de gestion de contenu, wikis)
  • Un réseautage par les blogues (communautés virtuelles d’entraide entre immigrants)
  • Le phénomène des smart mobs (mobilisation par cellulaires)

Quelques initiatives…

De nouveaux médias indépendants

  • Le journalisme citoyen, cyberjournaux et agences de presse indépendantes
  1. Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ)
  • Les webradios et webTV Streaming(direct)
  1. LaTeleLibre.fr
  2. Le phénomène des Têtes à Claque
  • La baladodiffusion (podcasting) Télécharger pour lire
  1. PodMtl
  2. Québecbalado
  • Le mouvement du (logiciel) libre
  1. L’expression «logiciel libre» fait référence à la liberté pour les utilisateurs d’exécuter, de copier, de distribuer, d’étudier, de modifier et d’améliorer le logiciel.
  2. La licence GPL (General Public Licence) et le principe du
  • « copyleft »
  1. 1991 : Linus Torvalds crée la pièce maîtresse («noyau») du 1er système d’exploitation entièrement libre: Linux
  2. Ex. : Openoffice.org

Extension du mouvement à d’autres secteurs

  • Contenu libre : licence analogue à la GPL pour les textes, la musique, etc. (ex: Wikipédia)
  • Licences Creative Commons : une gamme de licences permettant de définir ce qui est permis ou pas en combinant les contraintes suivantes :
  • Paternité
  • Usage non commercial
  • Modifications interdites
  • Conditions identiques

MODÉLISATION DU COURS