GCO-1001

LA STRUCTURATION ADAPTATIVE DE POOLE

1- Le modèle

1.1 Problématique

-La question à l’origine de cette théorie est celle de savoir comment les groupes se constituent (deviennent ce qu’ils sont : fermés / ouverts / agressifs / inefficaces ou efficaces …) et comment ils changent ?

-Il s’agit de savoir si les groupes tendent toujours à la stabilité (à se reproduire / se perpétuer) ou peuvent changer leur dynamique (et comment) et si par ailleurs les membres d’un groupe sont libres d’agir comme ils l’entendent ou s’ils sont déterminés par la structure sociale.

-Il y avait déjà des théories des groupes mais, Poole était insatisfait parce que ces théories étaient :

  • 1. Déterministes parce qu’elles prétendent que la façon (lente / rapide ou conflictuelle / agressive) dont un groupe arrive à une décision et ce qu’est la décision à laquelle il arrive (bonne VS mauvaise) dépend des structures sociales ou éléments tels que :

a. La composition du groupe (démographies).

b. Les réseaux de communication : réseau centralisé (une personne contrôle la situation) VS décentralisé (tout le monde participe)

  • 2. Linéaires (ou à séquence unique) parce qu’elles (ces théories) prétendent que tous les groupes passent par les mêmes phases suivantes:

a. Phase d’orientation : il n’y a pas de focus dans les efforts – les objectifs sont vagues – les rôles ambiguës – les relations instables entre les membres – qui ont un gros besoin d’information.

b. Phase de conflit : les membres sont en désaccord sur la façon de résoudre les problèmes – ils se disputent – ils justifient leurs positions.

c. Phase de coalescence : les membres négocient paisiblement pour baisser la tension – chacun essaie de sauver la face de l’autre pour arriver à un consensus.

d. Phase de développement : les membres se concentrent sur les méthodes à adopter pour concrétiser / implanter la solution – les membres sont impliqués et excités.

e. Phase d’intégration : les membres montrent aux uns et aux autres de la solidarité et se préoccupent moins des tâches – ils se félicitent mutuellement.

Poole a des problèmes avec cette linéarité parce qu’elle implique que la communication est comme un fluide dont la forme est déterminée par le container (ces structures déterminantes que sont les tâches, les biographies, les réseaux, …).

-Pour lui, la communication n’est pas déterminée par les structures (conception structuro-fonctionnaliste). Les acteurs par leurs (inter)actions déterminent les rôles, les réseaux et autres tâches.

1.2 La structure

  • 1) L’interaction est ce que se font les membres les uns les autres.
  • 2) Les règles sont des formules ou des recettes implicites relatives à la manière de faire les choses, au comment, programmes, plans, méthodes. Ce sont des propositions qui indiquent comment on doit faire les choses ou aussi, indiquent ce qui est bon ou mauvais.
  • 3) Les ressources font référence à tout ce que les gens utilisent dans l’interaction : (expertise, qui on connaît, compétence communicationnelle) personnalité, habiletés, connaissances, possessions matérielles, statuts et autres (beauté physique ou attraits). Ces ressources ont la caractéristique d’être limitées et inégalement distribuées (d’où des différences de pouvoir …)
  • 4) La production d’un système arrive quand les gens, en communiquant (interaction) utilisent des règles et des ressources.
  • 5) La reproduction arrive quand les règles et les ressources utilisées dans l’interaction renforcent les caractéristiques du système en place et maintiennent le statu quo.
  • 6) Il y a appropriation quand les règles et les ressources sont empruntées d’autres systèmes sociaux d’où proviennent les membres du groupe. Ces règles et ressources vont donc être adaptées aux besoins du groupe et des membres.